Empirisme

L'Empirisme ( du XVII° au XVIII°)

Il existe depuis fort longtemps un débat entre les rationalistes (ceux qui pensent que le raison humaine est capable seule, sans l’expérience, d’accéder à une connaissance certaine, nous simplifions ici le propos pour simplement situer le débat) et les empiristes qui pensent que c’est de l’expérience sensible que l’homme tire son savoir.
Au XVII° siècle cette opposition se radicalise avec les anglais comme Hobbes « toute connaissance tire son origine de l’expérience » et Locke « au commencement l’esprit humain est comme une « table rase », une page blanche, vierge de toute écriture ». Nous sommes bien loin et surtout en total contradiction avec les idées innées de Descartes.
Au XVIII° siècle cette confrontation se poursuit, malgré l’idéal de raison proclamé par les philosophes des lumières. Newton n’a pas besoin de la métaphysique( âme, idées innées …) mais plutôt de la rigueur du langage mathématique pour rendre compte d’un certains nombres de phénomènes que d’autres peuvent aussi observer (marée, movement des planètes..).
Berkeley et Hume prolongent dans des directions différentes l’empirisme de Locke. La France et certains philosophes des lumières sont gagnés par ces idées Outre-Manche.
C’est Kant, fin XVIII° , qui redonnera quelques lettres de noblesse au rationalisme « critique » qui a été mis à mal par ses penseurs anglo-saxon.